Société

Grand marché de Kinshasa: les travaux évoluent à pas de tortue.

Le grand marché de Kinshasa communément appelé Zando est fermé depuis le 20 janvier 2021 pour sa réhabilitation et son assainissement. Cependant depuis cette date jusqu’au aujourd’hui les travaux proprement dits n’ont pas encore débuté.

Cela fait quasiment deux mois et quelques jours que ce marché a été fermé mais sur le plan pratique, on peut observer seulement la démolition de quelques pavions alors que les marchands sont éparpillés sur les ruelles et avenues avoisinantes dans le but de chercher le pain quotidien.

Les magasins qui se situent sur l’avenue Rwakadingi sont fermés et les vendeurs des denrées alimentaires de la même avenue envahissent la route kasavubu. Cet engouement contribue au délabrement de cette route et le rend de plus en plus impraticable.

Certaines avenues notamment l’avenue du commerce, l’avenue du haut-Congo dans la commune de la Gombe, l’avenue lowa, Kato, luvua, lac moero et itaga dans la commune de Kinshasa contiennent un monde inimaginable qui brave boue et immondices afin de vaquer à leurs occupations. Une foule exagérée comparable à l’ambiance de fins d’années.

Les agents de l’ordre qui devaient veiller sur des barrières d’enclavement sont devenus des coopérants des places. Un système désolant qui tourmentent les uns et plaisent aux autres, il consiste donc à perméabiliser les barrières à partir de 15h moyennant l’argent à qui veulent étaler les marchandises et ouvrir les magasins sur les parties qui devraient être barricadées jusqu’à la fin des travaux.

« Ici, quand à partir de 16h, certaines personnes paient quelques choses aux policiers à l’échange de l’accès pour vendre et on appelle ça nzombo le soir c’est-à-dire le marché de dernières minutes. On ne peut pas condamner ces personnes car elles cherchent comment assurer la survie de leur famille » explique un vendeur des crédits de télécommunication sur l’avenue kasavubu croisement lowa.

Cependant les vendeurs de ce marché lancent un cri d’orfraie contre les autorités prédatrices entre autres : Gentiny Ngobila et Félix TSHISEKEDI.

À qui profite cette affaire de réhabilitation du grand marché de Kinshasa ?
Les kinois s’interrogent.

ARM/corbeau.net

Bouton retour en haut de la page